L’intolérance au lactose et l’allergie aux protéines de lait

Allergies aux PLV et intolérance au lactose

Définition

L’intolérance au lactose et l’allergie aux protéines de lait sont deux pathologies bien distinctes, bien que leurs symptômes soient presque les mêmes et que l’aliment mis en cause soit le lait dans les deux cas.

Le premier trouble concerne le lactose, c’est-à-dire le sucre du lait ; tandis que le second concerne uniquement les protéines du lait de vache.

Ce sont donc deux composantes du lait bien distinctes qui sont mis en causes.

L’intolérance au lactose et l’allergie aux protéines de lait

Les mécanismes de ces deux troubles liés au lait sont différents :

  • L’intolérance au lactose résulte de l’incapacité de l’organisme à digérer le lactose présent dans le lait. Le lactose est habituellement digéré grâce à une enzyme, la lactase, présente dans notre corps. Lorsqu’on est intolérant au lactose, notre corps ne produit plus suffisamment de lactase, et le lactose est alors mal digéré et est responsable de troubles digestifs (ballonnements, douleurs, diarrhées).

Âge d’apparition : généralement pendant la petite enfance (avant 6 ans). Dans la plupart des cas, l’allergie passe en grandissant.

  • L’allergie aux protéines de lait est, comme toutes les allergies, une réaction anormale et exagérée du système immunitaire après l’ingestion de l’aliment. Le corps perçoit alors les protéines de lait comme étant nocives pour lui, et se « défend ». Cette réaction est caractérisée par des symptômes qui peuvent être identiques à ceux engendrés par l’intolérance au lactose (troubles digestifs), mais aussi des symptômes particuliers à l’allergie (eczéma, œdème de Quincke, choc anaphylactique), bien plus graves.

Âge d’apparition : Principalement chez les adultes. Notre production de lactase diminue avec le temps.

En général, dans le cas d’une allergie aux protéines de lait de vache, l’exclusion du lait et de tous ses dérivés est obligatoire. Pour l’intolérance au lactose, cela dépend de la tolérance de chacun : certaines personnes doivent exclure totalement les produits laitiers, d’autres peuvent conserver certains aliments comme les yaourts, le beurre, certains fromages… Quoi qu’il arrive, il faut vous fier à l’avis de votre médecin/ allergologue, et à votre ressenti !

Comment éviter le lait ?

Le lait et ses dérivés sont utilisés dans de nombreuses préparations de toutes sortes : il faut être vigilant et bien lire les étiquettes alimentaires avant de consommer un produit !

Aliments bruts à exclureAliments à risqueAliments à privilégier
Lait, fromages, yaourts, beurre, crème, desserts lactés.Bouillons, fond de veau ou de volaille, certaines sauces du commerce, smoothies, houmous, guacamole, certains chocolats en poudre, café au lait ou cappuccino en poudre, boissons lactées aux fruits, pain de mie, bagel, pain pour hamburger, tortilla, muffin anglais, pâtes (feuilletées, brisées, sablées, à pizza), céréales du petit-déjeuner, certaines margarines, pommes de terre noisette, purée, flocons de pommes de terre, galettes de pommes de terre, chips, chantilly, entremets, biscottes, pains grillés, croûtons, gressins, viennoiseries, pâtisseries, biscuits, crêpes, confiture de lait, guimauve, certains bonbons, chocolat, crèmes glacées, jambon cru, saucisses, pâtés, saucisson, quenelles, boudin, chorizo, poisson pané, accra de morue, beignets de crevettes, rillettes de poissons, tarama, maquereau à la moutarde.Vous pouvez remplacer les produits laitiers par des substituts tels que:

→ La margarine végétale à la place du beurre.
→ Le lait végétal à la place du lait de vache (amande, soja, noisette…).
→ La crème végétale à la place de la crème fraiche.
→ Pain complet ou aux céréales à la place du pain de mie.
→ Tofu soyeux dans les pâtisseries.

Certains produits spécifiques aux intolérants existent :
On peut notamment trouver du chocolat sans lactose !

Comment couvrir ses besoins en calcium sans produits laitiers ?

–> En diversifiant son alimentation avec des aliments riches en calcium tels que :
– Les herbes aromatiques.
– Les épices comme la cannelle.
– Les légumes.
– Les algues.
– Les fruits à coque et graines oléagineuses.
– Les fruits de mer.
– Les œufs.
– Les céréales.
– Les légumes secs.
– Les eaux riches en calcium (Hépar, Courmayeur, Contrex…).

De manière générale : préparez vous-même vos plats et lisez bien les étiquettes des aliments.